Smurfit Kappa - Etude de cas - Eau

Comment pouvons-nous vous aider aujourd'hui ?

Etude de cas - Eau

 

Smurfit Kappa Piteå réduit de moitié les émissions de DCO.

Smurfit Kappa Piteå, dans le nord de la Suède, est situé dans une région connue pour la richesse de son environnement aquatique. La ville est située à l'embouchure de la rivière Pite, au bord de la baie de Botnie. Pour protéger l'archipel touristique populaire dans lequel Smurfit Kappa opère, une grande attention est accordée à la station de traitement des eaux usées (STEP) comme le souligne Ingemar Lundstrom, directeur environnemental. 

« Nous améliorons notre station d'épuration depuis 2013 », explique Ingemar. « À l'époque, notre usine dépassait les valeurs limites d'émission de DCO. La raison en était la croissance abondante et incontrôlée de bactéries filamenteuses, ce qui entraînait une surcharge du clarificateur secondaire. Pour résoudre le problème, nous avons mené une enquête détaillée avec l'aide d'experts internes et externes. Nous avons également visité des usines ayant des installations de traitement des eaux usées similaires et nous avons recueilli des informations précieuses à appliquer à nos propres opérations. 

Plan d’action

L'équipe de Piteå a élaboré un plan d'action comportant quatre points principaux. La première était d'améliorer le dosage et le contrôle de l'azote et du phosphore en utilisant un appareil TOC en ligne. Deuxièmement, ils souhaitaient améliorer le contrôle de l'oxygène dans les différents bassins d'aération en installant des vannes de contrôle automatique et des afficheurs d'oxygène en ligne. Par la suite, l'équipe a cherché à distribuer les boues de retour du clarificateur secondaire vers un clarificateur mieux positionné dans le bassin d'aération de la STEP. Enfin, ils ont cherché des moyens de réduire les volumes d'eaux usées de la STEP. 

Soutien des autorités 
 
« Il était essentiel que le projet soit approuvé par le Tribunal de l'environnement », affirme Ingemar. « Nous avons reçu un permis temporaire de quatre ans imposant des conditions moins strictes, ce qui nous a permis de mettre en œuvre le plan d'action. Au terme de ces quatre ans, nous devions revenir aux conditions stipulées dans l'ancien permis. Une fois que nous avons obtenu le permis, nous avons procédé comme prévu. Certains essais d'optimisation doivent encore être achevés ». 

Réduction de moitié des émissions de DCO  
Le processus de la station d'épuration de Piteå est de nouveau sous contrôle. L'obtention de bonnes propriétés de boues en contrôlant la part de bactéries filamenteuses est un facteur clé. Les émissions de DCO, de solides en suspension et d'azote sont maintenant bien en dessous des valeurs maximales du permis et même en dessous des fourchettes de la nouvelle NEA-MTD, les niveaux d’émission associés aux meilleures techniques disponibles. Le phosphore est également bien en dessous des valeurs autorisées et dans le spectre NEA-MTD. L'optimisation finale est toujours en cours mais les émissions de DCO au cours de la période 2013-2014 étaient de 3 400 tonnes/an, chiffre réduit à 1 500 tonnes en 2016.