Le développement durable stimule l’innovation et la croissance des entreprises | Enquête | Smurfit Kappa

Comment pouvons-nous vous aider aujourd'hui ?

Le développement durable redéfinit les bonnes pratiques commerciales

Le développement durable stimule l’innovation et la croissance des entreprises

Une étude récente révèle que le développement durable propulse l'innovation, modifie la dynamique de la clientèle et change la culture du lieu de travail à mesure que les entreprises prennent au sérieux la croissance durable. Pour maîtriser le développement durable, les entreprises doivent déterminer comment répondre et dépasser les attentes toujours croissantes des clients, tout en prouvant que le développement durable peut être rentable. 

Le langage a été lent à suivre les avertissements des climatologues. Les expressions « crise climatique » et « urgence climatique », par exemple, sont relativement nouvelles dans le discours général. Mais elles sont désormais utilisées et leur signification est très claire : les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont urgents. Il n’est plus possible de tergiverser. 
Selon une étude récente commanditée par Smurfit Kappa et menée par Longitude, la plupart des entreprises prennent ce changement au sérieux. Près des trois quarts d’entre elles (72 %) considèrent les pratiques de développement durable comme une tendance durable et 83 % décrivent le développement durable comme une opportunité à exploiter.  
Le développement durable est voué à s’ancrer durablement. Qu'est-ce que cela signifie pour les entreprises ? D'une part, il réécrit les règles régissant les bonnes pratiques commerciales.

Le développement durable peut être une solution gagnant/gagnant pour l’innovation 

De nombreuses entreprises novatrices s’appuient sur le développement durable pour pousser leur avantage concurrentiel. Dans environ un tiers des entreprises, le développement durable est le moteur de toute la R&D (37%) et du développement de nouveaux produits (33 %). 

« Le développement durable est à la base de toute perturbation », explique Ioannis Ioannou, professeur agrégé de stratégie et d'entrepreneuriat à la London Business School. Les entreprises ont un rôle décisif à jouer pour exploiter cette perturbation et opérer des changements. 

Il est probable qu’elles vont concentrer leurs efforts d'innovation sur l'emballage et la réduction des déchets, puisque 68 % des entreprises citent les matériaux utilisés dans les emballages comme leur plus grand défi en matière de développement durable, suivi par la collecte et le recyclage (59 %). Le progrès, dans ce domaine, ne repose pas seulement sur la façon de gérer les relations publiques - certaines entreprises s'attendent à ce que cela leur fasse économiser de l'argent. Près de la moitié (46 %) disent que les économies de coûts résultant des efforts de réduction des déchets sont l'avantage le plus attendu de leurs pratiques durables. 

« Dans de nombreux cas, le développement durable et les avantages économiques vont de pair », explique Steven Stoffer, vice-président du développement durable et du développement chez Smurfit Kappa. 

Les consommateurs soucieux de l’environnement s’attendent à ce qu’on les aide

Les attentes des consommateurs en matière de développement durable entraînent une évolution rapide de la dynamique marque-client. 88 % des entreprises estiment que les consommateurs s'attendent à ce qu'elles aient des pratiques de développement durable claires et 78 % pensent que leurs clients comptent sur elles pour leur fournir des conseils sur l'adoption de pratiques plus durables.
Les consommateurs le confirment. La majorité (61 %) s'attend à ce que les marques auprès desquelles ils achètent aient des pratiques claires en matière de développement durable, et ils s’attendent à ce que les entreprises donnent le ton : environ un tiers disent que les détaillants devraient s'assurer que les acheteurs sont informés des pratiques de développement durable au point d'achat, et un pourcentage similaire des sondés confie cette responsabilité aux marques. 

Les marques doivent faire passer le message 

Ces attentes viennent d’une certaine frustration : du point de vue des clients, les entreprises ne font pas suffisamment d’efforts pour les orienter vers des produits durables. 
Au cours des six derniers mois, 55 % des consommateurs ont déclaré avoir acheté un produit spécifiquement parce qu'il avait un emballage réutilisable ou biodégradable, et un pourcentage similaire des personnes interrogées ont payé plus cher pour un produit ou un service provenant de sources durables. Mais l'écoblanchiment et la mauvaise communication sont source de confusion - nous pourrions être disposés à dépenser notre argent plus consciemment, mais 69 % d'entre nous ont du mal à savoir quelles marques sont réellement durables.  

Certaines marques sont prêtes à relever ce défi. Nestlé, par exemple, a créé son Institut des sciences de l'emballage et lancé un fonds de capital-risque pour les emballages durables, tous deux dédiés aux nouveaux matériaux d'emballage de qualité alimentaire, aux nouveaux systèmes de livraison sans danger pour les aliments, aux nouvelles technologies de gestion des déchets et au renforcement des capacités de collecte des déchets. « Nous utilisons nos connaissances scientifiques dans le domaine alimentaire et les transférons à la conception d’emballages », explique Véronique Cremades-Mathis, responsable mondiale des emballages durables chez Nestlé. 

Les stratégies durables renforcent la culture d'entreprise

La génération Y et la génération Z, les groupes d'âge les plus soucieux du développement durable, exercent une influence croissante dans les entreprises. Les informations relatives au développement durable sont donc désormais un impératif pour l'entreprise : si ces employés fortement mobiles n'ont pas l'impression que leurs employeurs partagent leurs valeurs, ils partiront vers des organisations qui le font.
Les entreprises sont conscientes du risque de perdre de bons éléments et voient un avantage à produire des stratégies de développement durable : 77 % des organisations déclarent que leur stratégie de développement durable a un impact positif sur l'implication et la rétention des employés. 

La mesure est la clé du succès

Les stratégies de développement durable deviennent la norme, mais comment les entreprises peuvent-elles prouver que ces stratégies fonctionnent et créent de la valeur ? Cela se résume à une mesure efficace des indicateurs, et les entreprises interrogées disent trouver cela difficile. Moins de la moitié déclarent pouvoir lier le développement durable à la performance financière, et seulement 18 % mesurent actuellement la performance du développement durable par rapport à leur stratégie. 
Ces obstacles ne sont pas seulement un inconvénient pour les entreprises. Dans certains cas, ils font même échouer leurs efforts en matière de développement durable. Pour 42 % des entreprises, la difficulté de quantifier leurs performances en matière de développement durable est le plus grand obstacle à la mise en œuvre de pratiques de développement durable - une difficulté aggravée par l'évolution du discours mondial sur le développement durable.  

« Le développement durable est désormais une expression qui veut tout et rien dire », déclare Simon Boas Hoffmeyer, directeur principal du développement durable et des communications du groupe Carlsberg. « Nous devons créer des règles équitables et une méthodologie cohérente pour mesurer l'impact carbone de nos produits. »


LIRE LE RAPPORT EN ENTIER

 
Enquête à télécharger

Smurfit Kappa a mené, en collaboration avec le Financial Times, une enquête visant à répondre à quelques-unes des questions les plus pressantes en matière de développement durable. Voyez ici comment le développement durable a un effet positif sur la réorganisation de l’entreprise et découvrez les nouveaux must-have incontournables pour les entreprises

telechargez gratuitement votre exemplaire

 

rapport fond mer